Dernière lettre d'amour d'un imbécile...

Il était une fois un jeune homme fière et fort. Il était charmeur, et par sa plume et ses dires, il pouvait faire craquer n'importe qu'elle demoiselle. Bizarrement, rare était les dames qui croyait en ses conneries... Rare était celles qui osaient lui confier leur coeur. N'ayant jamais été réellement amoureux, il cherchait plutôt à multiplier les conquêtes; il cherchait plutôt à prouver qu'il pouvait plaire...

Un jour, il entendi parler qu'une femme rêvait de lui.... Il l'a regarda de loin, perplexe, et décida d'en faire sa prochaine victime. Pendant un certain temps, il lui envoya des poèmes, des récits, des cadeaux, lui dit de belles paroles idiotes sur la pluie, le beau temps; il l'a fit chavirer... S'était gagné... Cela avait été facile, trop facile...

Le temps passa, et notre jeune homme s'apercu que cette femme ne pouvais pas être blesser comme ses précédentes victimes... Étant plus ou moins amoureux, mais s'entendant bien avec la jeunes femmes, il décida de la garder dans sa vie, de boire et de manger à ses cotés, de dormir dans le même lit; de partager sa vie... pour un temps. Au bout d'une année, il se questionna à savoir si il était vraiment amoureux... Il ne le ressentait pas vraiment; il n'en avait aucune idée, mais pour le moment, il était bien... Il regarda d'autre spécimens de loin, s'en approcha, et vit qu'il pouvait toujours charmer à sa guise. Plusieurs oiseaux vinrent se poser sur son épaule, venu lui chanter de belles chansons, et par moment il se demanda si il ne devrait pas changer de nid... Après tout, il reprochait plusieurs choses à l'oiseau resté à la maison, choses que les autres oiseaux semblaient tous vouloir lui offrir... Mais notre jeune homme, ne voulant pas blesser celle qui l'avait tant aimer, retourna toujours dans le même nid de certitude, en se questionnant constamment... En effet, il avait donné son coeur à la jeune femme, lui avait promis de rester à ses côtés pour le restant de ses jours, il ne pouvait la quitter comme ca...

Croyant avoir une idée de génie, il entrepris de ne plus être le même; de ne plus être charmeur, de ne plus être amoureux (ainsi, en laissant la porte de la cage ouverte, l'oiseau s'en irait peut-être bien par lui même). Étant d'un naturel possessif, jaloux maladifs, il n'avait pas à faire trop d'efforts de ce côté; en revanche, il devenait froid et distant...

Par ailleur, plus le temps avancait, plus il voyait que la tâche n'était pas mince... Un jour, il abandonna... Les mauvais côtés qu'il percevait jadis chez la jeune femme devenait de plus en plus transparent et laissaient place aux bons côtés... Elle avait toujours été la pour lui, lui avait toujours offert son coeur pour aimer, lui avait toujours offert sa poitrine pour se cacher lors des durs moments de la vie, lui avait toujours offert ses cheveux pour essuyer ses peines, lui avait toujours offert son oreille pour écouter ses craintes...Ce jour-là, il fit le serment qu'il passerait le restant de sa vie à rendre heureuse celle qui l'avait accompagné pendant tout ce temps et à qui il n'avait jamais vraiment tendu la main... Il tomba éperduement amoureux...

Malheureusement, dans sa chute, il oublia de refermer la porte de la cage, et un beau matin, l'oiseau était parti...

Il tenta de lui envoyer à nouveaux des lettres, il tenta de la faire revenir... Mais elle était belle et bien partie...

Aujourd'hui, la porte est encore ouverte, mais l'oiseau s'est trouvé un autre nid...

Aujourd'hui il regarde encore les autres voler, de loin, mais reste dans son nid, nid resté vide d'amour, mais plein de souvenir...

Adieu Mon ange, tu m'as appris à voler!