A l’aube de ses ardeurs Sentir battre son cœur Cette flamme maîtresse Enivre telle une déesse

La nuit se convulse ainsi Porté de par tous ses cris Ses doigts de génie cavalent Arrachant la volupté de ses râles

Nul raison n’habite cet instant Chimère aux yeux d’argent Danse ce parfum de mystère Cet insoupçonnable éphémère

Des cris arrachés au silence Gronde sans aucune élégance Et je suis le fou victorieux

Amant troublé et déchu Comme une âme perdue Dans un dédale vicieux